août 10, 2017

PETITE HISTOIRE DANS UNE NUIT D' ENCRE



La lande s'étend à perte de vue. Tout au moins, c'est ce que le promeneur imagine, vu la nuit d'encre dans laquelle il est plongé.
Le ciel et la mer sont entrés en connivence. Depuis le temps que ces deux là alignent leur complicité !
Les étoiles ont étrangement déserté la voûte céleste. Celle-ci revêt son habit de pauvreté. La lune est réduite à un simple entre-filet jaunâtre, une sorte de rictus qui donne froid dans le dos. De grosses déferlantes appuyent leurs forces ancestrales contre les rochers qui luttent face à l'usure.
L'homme avance à tâtons, ses bras battent le vide. Que peut-il bien faire là ? Qu'est-ce-qui le pousse à s'aventurer ainsi à l'écart du village ?
Il continue son chemin, s'arrête parfois pour fixer, d'un regard d'aigle, un point invisible.
 Il s'arrête maintenant au pied de la croix. Il caresse, d'un geste sensuel et ample, la pierre en granit. Il semble prendre possession de son oeuvre.
La lande s'étend à perte de vue, le promeneur a subitement disparu.Le seul souffle qui se fait entendre est celui du vent qui transperce, en gémissant, le silence.

L'homme est concentré à sa tâche, il apporte les dernières finitions à une scupture. Un chapeau de paille posé négligemment sur la tête, il semble heureux dans l'accomplissement de son oeuvre. Tout en lui respire la passion. De temps en temps, le passager d'une charrette l'interpelle et le salue vivement.
A la tombée de la nuit, il retrouve son épouse et de charmantes petites têtes bouclées. Ils s'en vont tous parfois courir dans la lande, jouer à se faire peur, grimacer à la lune.

La lande s'étend à perte de vue. Je suis ce promeneur. Voilà pourquoi je sais que, ce jour-là, la nuit était d'encre. Je suis venu et j'ai disparu par un chemin secret. Celui qui relie les deux mondes comme le lien invisible qui relie, pour l'éternité, la terre, la mer et les cieux.

°°°°°°

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire