février 03, 2018





Marie se remit tranquillement à écrire. Elle avait la maison pour elle toute seule. 
Elle appréciait le silence des lieux, s'en imprégnait même.  
Marie, comme à son habitude, mordilla dans son crayon gris. Elle ne le ménageait pas et il rapetissait chaque jour davantage. Il avait mauvaise mine mais il tracerait ses mots jusqu'au bout de son existence.
Le caractère passionné de Marie ne s'accommodait pas de la tiédeur des sentiments. Les amitiés amoureuses étaient loin d'être sa tasse de thé. Par synchronicité, l' oiseau sur la branche, de son cri printanier, accompagna ses pensées.
L'amour-amitié ne l'intéressait pas. Comment peut-on faire l'amour par amitié se disait-elle ?
En son esprit, cela avait quelque-chose de fonctionnel et d'utilitaire.Ces amours de surface où les peaux s'effleurent sans que les âmes ne se rencontrent véritablement.
L'amour appartenait à une autre dimension. Il s'ancrait dans les histoires qui ont un sens profond et qui dépassent les intéressés eux-mêmes.

°°°°°

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire