septembre 24, 2017

LE VENT SOUFFLE SUR LA PLAINE

Le vent souffle sur la plaine
j'entends comme un murmure
c'est l'esprit des indiens
je sens sa veine
dans les arbres et les fleurs
ce qui vit, ce qui meurt
la communion secrète
nature est leur demeure

Et puis j'entends les cris
Asuya, Aponi
Chenoa et Chilam
leurs âmes assassinées
et les terres volées
celles des ancêtres

Aigle Noir, Ours Fort
plumes à la crête
deviennent Oiseau Mort
Ours Tombé, Terre en Feu

Les hommes blancs avides
amène les soubresauts
d'une civilisation douce
poétique et humaine
dont les beaux noms portaient
la vie en harmonie

J'entends pleurer des plaines
gémissant avec elles
j'empoigne dans mes mains
la terre des Indiens
celle du génocide
de l'homme blanc stupide

Cholena et Doli
Bosawe et Yuma
en vos tipis là-bas
au monde de l'au-delà
dans le cercle sacré
la lumière et la paix

⊙⊙⊙⊙⊙⊙

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire