février 13, 2018

LE BOL

"Il était un homme pauvre et bon, affectueux envers sa femme et ses enfants. Son épouse lui demanda un jour de prendre un bol (sul Wâniyya) et de lui rapporter du beurre
clarifié pour faire des kunâfa-s. Ses affaires étaient mauvaises. Il quitta son échoppe et partit droit devant lui jusqu’à la mer. Il monta dans un bateau qui le conduisit jusqu’à une île
prospère, dont les habitants vivaient coupés du monde. Il fut capturé et envoyé devant le roi.
Le roi lui demanda : « es-tu un ami ou un ennemi ? » Le pauvre lui répondit : « un ami ». Le roi continua : « qu’est-ce qui prouve ton amitié ? » Le pauvre dit : « la preuve en est que je donne ceci ». C’était le bol. Le roi pensa qu’il s’agissait d’une magnifique couronne et il la coiffa sur sa tête. En échange de son cadeau, il lui offrit quantité d’or et de joyaux. L’homme retourna chez lui et il vécut ainsi que sa famille dans l’opulence. Quand un homme cupide et
méchant vit l’amélioration de sa situation, il l’envia, l’interrogea et partit pour l’île en emportant avec lui de somptueux présents, des vêtements brodés, des colliers, et bien d’autres choses encore. Quand il les offrit au roi, celui-ci s’en réjouit et voulut lui donner ce qu’il considérait comme le plus magnifique des cadeaux : le bol. Son lot fut bien décevant. »


Source : 
Emmanuelle Perrin. Folklore et ethnographie de l’Egypte contemp oraine : Le ”Dictionnaire des coutumes, des traditions et des expressions ´egyptiennes” de Ahmad Amˆın


○○○○○○

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire