mars 20, 2018

PAULINE

Pauline approcha son visage du miroir. Sa main effleura une ride et renonça à la gommer.
La vie, en son imperfection, avait tracé naturellement son ouvrage.
Les rides du front côtoyaient celles du sourire.Il suffisait alors d'emprunter ces chemins  pour accéder, d' un saut de puce, au regard.
 Le temps conduisait Pauline  vers des horizons moins rectilignes.
○○○○○

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire